Présentation des recommandations du Panel Indépendant à la Plateforme de Gouvernance des Ressources Naturelles

Le WWF via son projet conjoint avec le gouvernement Congolais dénommé Projet d’Appui à la Conservation et la Gestion Durable de la Biodiversité dans l’Espace TRIDOM Interzone Congo (projet ETIC) a organisé ce 15 février 2021dans la salle communautaire de Sembé, la réunion de présentation des recommandations du Panel Indépendant des experts à la Plateforme de Gouvernance des Ressources Naturelles du Triangle des districts de Sembé-Ngbala-Souanké suite aux allégations de violations des Droits de l’homme à l’encontre du Fonds Mondial pour la Nature formulées par certains ONG il y’ a deux (ans).

Présidée par M. Jean Blaise NKOUNKOU représentant M. Emmanuel AKOUELAKOUM Président du Conseil départemental de la Sangha et Président de ladite plateforme, cette réunion a connu la participation des Messieurs Théodore GOLO , Corentin DIANTOUDI et Franck METOUL, respectivement Sous-préfet de Sembé, sous-préfet de Ngbala, et représentant du Sous-préfet de Souanké , de Madame Mireille MOYASCKO, Directrice de la Coopération et des Activités Génératrices des Revenus (DCAGR) représentant le Directeur General de l’ACFAP empêché, et de plusieurs acteurs locaux à savoir les opérateurs économiques (forestiers, miniers, etc.), la société civile et les communautés locales et peuples autochtones

A titre de rappel, en mars 2018, le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) avait fait l’objet d’allégations relatives aux abus des Droits de l’Homme formulées à l’encontre des écogardes du gouvernement congolais travaillant au sein du projet ETIC dans le département de la Sangha. Prenant au sérieux lesdites allégations, le WWF au niveau international avait sollicité à un panel d’experts indépendants l’examen et la vérification des différentes allégations. Ce panel avait pour mission, d’une part, d’évaluer le rôle de WWF, d’examiner les politiques, la gouvernance et les processus d’assurance qualité et de gestion des risques du WWF, et d’autre part, de proposer des mesures visant le renforcement des mesures de protection des Droits de l’Homme et d’apporter des conseils sur les approches futures de la conservation sur le terrain.

A l’issu de 19 mois de travail acharné sur le terrain, travail basé sur l’examen des documents et des entretiens, ce panel a formulé 50 recommandations couvrant le travail de WWF et 29 actions spécifiques supplémentaires relatives aux programmes nationaux. Ces recommandations donnent à WWF l’occasion d’écouter, d’apprendre et d’agir afin de mieux protéger les droits des communautés locales et autochtones avec lesquelles il travaille.
Sur la base de ces recommandations, et bien avant leur application, le WWF a mis en place un projet de plan d’action et a jugé nécessaire d’échanger avec les parties prenantes afin de recueillir leur avis relatif au rapport de la Revue Indépendante et obtenir leur contribution audit plan d’action.