Le Tri National Dja-Odzala-Minkébé (TRIDOM) est une forêt transfrontalière contiguë de 178 000 km² répartie sur le Cameroun, la République du Congo et le Gabon. Le segment Congo du TRIDOM contient certains des sites naturels les plus préservés du bassin du Congo, tels que les parcs nationaux d’Odzala-Kokoua et de Ntokou Pikounda.

Le TRIDOM est un bastion de la biodiversité, avec d’importantes populations d’éléphants de forêt, de gorilles, de chimpanzés, de buffles, de Sitatunga, etc. Tragiquement, le TRIDOM est également un point chaud du grand braconnage et le trafic illicite de la viande de brousse entre autres.

En 2005, le WWF a signé un accord de collaboration avec le gouvernement Congolais, mettant en place un programme de conservation commun appelé ETIC (Espace TRIDOM Interzone Congo) localisé entre le Parc National d’Odzala-Kokoua et les frontières du Cameroun au Nord et du Gabon à l’Est. Lequel accord a été renouvelé en février 2016.

ETIC avec une superficie d’environ 21 000 km² abrite trois unités forestières d’aménagement (UFA): l’UFA Tala Tala (6 211 km²) exploitée par la société libanaise SIFCO,

l’UFA Jua Ikié (5 740 km²) et l’UFA Karagoua (6 553 km²), toutes deux attribuées à la société chinoise SEFYD.

La région compte une grande population de grands singes (gorilles et chimpanzés) et probablement plus de 2 000 éléphants. Les établissements humains sont clairsemés (1 habitant / km²), mais leur nombre augmente à mesure que la zone est ouverte par la route Trans-TRIDOM.

La région est fortement menacée par le braconnage d’éléphants et le trafic d’ivoire, avec des réseaux transfrontaliers très opérationnels. L’exploitation minière et le développement des infrastructures constituent également une menace majeure pour la conservation, mais présentent simultanément un potentiel élevé pour un processus «d’extraction et de conservation coordonné» dans l’interzone Minkébé-Odzala. Les routes sont en train d’être améliorées et le revêtement dur de la route Sangmelima-Ouesso («autoroute Trans-TRIDOM») a entraîné une escalade du trafic de viande de brousse. La rivière Ivindo, à la frontière du PN de Minkébé, est également utilisée par les trafiquants d’ivoire et polluée par les miniers.
Enfin, un important barrage hydroélectrique (le barrage de Chollet) est proposé à la frontière entre le Cameroun et le Congo dans un site vierge sur la rivière Dja, qui présente une densité élevée d’éléphants et de grands singes et contient de nombreuses clairières riches en sels minéraux